Le Sapin, le Houx, le Gui et Noël

Introduction

Nous pensons tous qu'il n'y a pas de Noël sans Sapin, Houx et Gui pour le plaisir de la fête. Ces trois plantes sont porteuses de beaucoup de légendes.

Le Sapin de Noël


Abies nordmanniana
(Sapin du Caucase
ou Sapin de Nordmann)

Afin de mettre un terme à l'adoration que vouaient des druides (germaniques) à un Chêne, Saint Boniface (moine anglais) le fit abattre. Un sapin poussa alors entre les racines du chêne. Prenant cet évènement comme signe divin, il l'appela "L'arbre de Jésus". Mais tout ceci ne reste qu'une légende ...

Ce n'est qu'à partir du 16ème siècle que l'on voit apparaître le Sapin de Noël tel qu'on le connaît aujourd'hui.

La tradition de l'arbre de Noël débuta en Alsace (en 1521) puis se propagea en Allemagne, Autriche et tchécoslovaquie.

Cette tradition entra sur le continent américain par le Québec au 18ème siècle (en 1781 à Sorel) puis se répandit aux Etats-Unis au 19ème siècle.

Ce n'est qu'à la fin du 19ème siècle que la tradition de l'arbre de Noël se généralisa.

De nos jours, le sapin de Noël classique est essentiellement un épicea (Picea abies) mais en raison de la chute plus rapide de ses aiguilles on lui préfère le Sapin de Nordmann (Abies nordmanniana). Cependant ce dernier est plus onéreux. D'autres variétés intermédiaires vous sont proposées en jardinerie comme le sapin de Corée (Abies koreana) ou encore l'épicea de Serbie (Picea omorica).

Pour ceux qui souhaiteraient replanter leur sapin au jardin, après les fêtes, il faudra s'assurer à l'achat que le conteneur ne soit pas déformé et que l'on puisse le dépoter facilement sans briser la motte. Toutefois, en raison des chocs thermiques et du stress hydrique que peut subir le Sapin, on ne peut jamais garantir une bonne reprise.

Pour conclure, il ne faut pas oublier que ces jolis petits arbres de Noël deviendront de majestueux sujets et auront donc besoin de beaucoup d'espace.

Le Houx


Ilex aquifolium (Houx commun)

La tradition du Houx remonte probablement aux Romains. Symbole de persistance et d'immortalité, il était placé devant les églises puis emporté dans les maisons des paysans où il était censé protéger de la foudre et des sortilèges.
De nos jours il est encore dans nos maisons pour les fêtes mais comme simple élément décoratif.

Pour ceux qui aimeraient en avoir toute l'année au jardin, il est bon de savoir que tous les houx ne portent pas de baies rouges. Pour avoir ces jolis fruits décoratifs il vous faudra une variété femelle.

Le Gui (Viscum album)

Voilà bien une plante surprenante. Les Celtes et les Druides vénéraient le gui et lui prêtaient de nombreux pouvoirs (préserver de la mort et assurer la chance). De nos jours il reste que s'embrasser sous le Gui au Jour de l'An présage du bonheur pour l'année.
De nos jours il est encore dans nos maisons pour les fêtes mais comme simple élément décoratif.

Cette plante hémi-parasite se nourrit en partie de la sève de l'arbre sur lequel elle vit. Sa présence est signe de faiblesse pour l'arbre et finira par entraîner sa mort. Si le gui est un présage de bonheur pour l'homme, à l'inverse il n'annonce rien de bon pour l'arbre. N'oubliez pas qu'en plus d'être gluant, le joli fruit blanc est toxique !