Les plantes face au froid

Qui n'a jamais eu envie d'un peu d'exotisme ou d'une pointe d'originalité dans son jardin ? Malheureusement, la plupart du temps, on ne connaît pas bien la plante et elle ne passe pas son premier hiver. Toutes les plantes ne réagissent pas de la même façon face aux températures hivernales. Certaines ne souffriront pas des rigueurs de l'hiver et d'autres auront besoin d'une protection pour en réchapper.

Dans un premier temps, nous verrons les différentes zones climatiques et, par la suite, les moyens de s'y adapter.

Les zones de rusticité

Les zones de rusticité sont des régions géographiques réalisées à partir de données climatiques, principalement les températures moyennes les plus froides en hiver. Elles permettent de savoir quelles plantes peuvent vivre dans une région. On distingue ainsi 8 à 12 zones selon les pays, chacune étant elle même divisée en 2 : a et b (b étant légèrement plus chaud).

Par exemple, une plante ayant pour zone 4b, pourra être cultivée sans protection particulière dans les zones supérieures ou égales à 4b. Par contre, elle ne pourra pas vivre dans les zones inférieures sans protection (de 0 à 4a).

Quelques cartes

Tous les pays n'attachent pas la même importance à la résistance des plantes face au froid. Les pays aux hivers peu "rigoureux" s'en préoccupent moins à juste titre.

Plantyfolia propose une carte globale élaborée de façon collaborative (rubrique "carte") grâce aux relevés météorologiques réalisés par les membres du site. Cette dernière va gagner en fiabilité et en exhaustivité avec le temps, au fil des contributions des utilisateurs.

Des cartes et références issues d'organisme reconnus sont présentées dans les paragraphes suivants.

La France métropolitaine

Légende :
: zone 10
: zone 9b
: zone 9a
: zone 8c
: zone 8b
: zone 8a
: zone 7
: zone 6
: zone < ou = 5

L'Europe

Légende :
: zone 10b
: zone 10a
: zone 9b
: zone 9a
: zone 8b
: zone 8a
: zone 7
: zone 6
: zone 5
: zone 4
: zone 3
: zone 2

Le Québec

Le Québec est probablement la région francophone la plus intéressée par ce problème et également la plus à la pointe.

Légende :

Cette carte est un extrait de la carte canadienne que vous pourrez retrouver en détail à cette adresse : http://sis.agr.gc.ca/cansis/nsdb/climate/hardiness/.

Autres pays

Voici quelques sites présentant des cartes :
   - Etats-Unis d'Amérique ; USDA Plant Hardiness Zone Map
   - Australie ; Australian National Botanic Gardens
   - Chine ; Palm & Cycad Societies of Florida

Les moyens de protection

Malgré les zones de rusticité, on peut tout de même avoir dans son jardin quelques plantes moins bien adaptées au climat. Pour ce faire, on utilise différents moyens de protection. Ils devront être mis le plus tard possible dans la saison et retirés le plus tôt possible au printemps afin d'éviter le pourrissement. Choisissez une journée nuageuse pour enlever la protection pour ne pas brûler le feuillage.

- Toile géotextile (voile d'hivernage) ou toile de jute :
Le système est simple, on plante 4 piquets autour de l'arbuste puis on enroule la toile autour. Les piquets permettent de limiter les contacts entre la plante et la toile.

- Paillis de feuilles mortes :
On utilise ce procédé essentiellement pour les vivaces et les arbustes de petite taille. Il s'agit simplement de recouvrir la plante de feuilles mortes (n'oubliez pas de mettre un poids dessus pour ne pas que tout s'envole).

- Le tunnel en plastique pour les semis

- Le buttage :
C'est un peu le même principe que le paillis. Butter est l'action de recouvrir de terre le pied de la plante. Le cas le plus courant d'utilisation est le Rosier.

- La neige :
Paradoxalement, la neige est très efficace contre le froid et les grands vents. En dessous de la neige, la température est d'environ -2 à -3°C. Par contre, si la neige est abondante, il faut resserrer les branches contre le tronc (en entourant de ficelle par exemple) afin qu'elles ne se cassent pas sous le poids.

Conclusion

Les zones de rusticité constituent un excellent indicateur, cependant, d'autres facteurs comme la nature du sol (humidité) et l'état de la plante influent beaucoup. En effet, une jeune plante ou un végétal ayant subi une transplantation récente sera plus sensible. De même, un sol humide diminue la résistance.